Prière pour le corps médical

Ô Grand et compatissant Bouddha !
Comme c’est effrayant quand on y pense !
En ce monde, innombrables sont les hommes malades !
Certains ont contracté des affections physiologiques,
D’autres, des vices tels que l’avidité, la colère et l’ignorance.
Excepté vous, Ô Bouddha ! Qui êtes le plus grand médecin du monde,
Qui, non seulement pouvez aider les gens à retrouver la santé,
Mais encore guérir leurs maladies mentales.
De plus, vous nous encouragez à être à l’écoute des malades,
Vous nous avez appris que :
« Parmi les huit champs de félicité, visiter les malades est le premier. »
Vous encouragez aussi le personnel soignant à :
Ne pas éprouver de répugnance pour les mauvaises odeurs,
Prendre soin des patients avec attention,
Bien doser les ingrédients des remèdes,
Savoir soutenir le moral des malades… »
Et, depuis toujours,
Ce sont les objectifs que poursuit le personnel soignant.

Ô Grand et compatissant Bouddha !
Beaucoup d’entre eux ont suivi vos pas,
Et ont laissé des souvenirs exemplaires dans l’histoire du monde.
Les médecins avec leur bonté et leur art de guérir, sont comme vous :
Dès que se présente une urgence, ils s’y rendent immédiatement ;
Dès que se produit un accident, ils accourent aussitôt sur les lieux…
Les infirmiers et infirmières sont comme le Bodhisattva Avalokiteśvara,
Ils vont de lit en lit,
Pour apporter aux malades, un peu de quiétude ;
Jour et nuit, ils les soignent,
Afin qu’ils retrouvent rapidement la santé.
Leurs oreilles sont attentives à leurs gémissements,
Leurs mains sont habiles à prendre leur pouls,
Leurs yeux scrutent leurs visages douloureux,
Mais leur bouche continue à leur prodiguer des paroles encourageantes.
Cc n’est qu’en voyant le malade complètement guéri
Qu’ils déposent le fardeau de leur inquiétude ;
Chaque fois qu’ils voient que la situation s’aggrave,
Leur état d’âme suit la même pente.
Leurs heures de travail ne sont jamais fixes,
Ils doivent parfois s’exposer au danger de contagion,
Et parfois ils doivent sacrifier des réunions familiales.
Après une journée de labeur attentif,
Souvent, ils ont les jambes douloureuses ;
Après une journée au bloc opératoire,
Souvent, ils sont totalement épuisés.

Ô Bouddha ! Je vous prie de bénir les personnels médicaux,
Qu’ils puissent jouir d’une robuste constitution physique,
Qu’ils puissent posséder un art médical subtil,
Que leurs proches puissent comprendre leur peine,
Que leurs amis puissent soutenir leur idéal.

Ô Grand et compatissant Bouddha !
Je prie pour les membres du personnel soignant :
Qu’ils soient patients et forts,
Et que leurs actes soient bénéfiques ;
Qu’ils soient toujours souriants,
Et que tous leurs voeux s’accomplissent ;
Qu’ils soient compatissants et habiles,
Et que les traitements qu’ils préconisent soient efficaces ;
Qu’ils surveillent leur propre santé,
Et qu’ils soient joyeux de corps et d’esprit.

Ô Grand et compatissant Bouddha !
Les malheureux malades déposent leur vie et leur santé
Entre les mains des personnels soignants ;
Et ces nobles personnels soignants
Offrent leur temps et leur jeunesse aux malades.
Que les personnels soignants et les membres de leurs familles
Puissent connaître bonheur et longévité ininterrompus
Paix et prospérité infinies…

Ô Grand et compatissant Bouddha !
Agréez cette prière, venue du plus profond de mon coeur !
Agréez cette prière, venue du plus profond de mon coeur !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Aller au contenu principal